Truth About Islam

Archive for the ‘Articles en français’ Category

Qualités de la nation du nouveau royaume

Lorsque les Juifs changèrent les prescriptions divines et les falsifièrent, Dieu décida de leur ôter la révélation de Son Livre et de ne plus choisir Ses Apôtres parmi eux. IL donna cette faveur à une autre nation. Les avertissements des prophètes adressés aux fils d’Israël se sont, alors, réalisés, à savoir le transfert du Bienfait à un autre peuple. Quel est donc ce peuple et quelles sont ses caractéristiques?
Pour répondre à cette question capitale, méditons les chapitres du Livre Sacré pour y découvrir les particularités de cette nouvelle ethnie. Ce passage fut révélé au prophète Esaïe : «Je me suis laissé rechercher par ceux qui ne me consultaient pas, je me suis laissé trouver par ceux qui ne me cherchaient pas. J’ai dit : « Me voici! Me voici à une nation qui n’invoquait pas mon nom. J’ai tendu mes mains à longueur de journée, vers un peuple rebelle, vers ceux qui suivent le chemin qui n’est pas bon…. C’est un peuple qui me vexe, en face, sans arrêt.»} (Esaïe 65/1-3). Le verset souligne clairement le retrait de la Révélation et de la Mission d’une nation et son report à une autre communauté. « Je suis le Seigneur qui fait ramper l’arbre élevé, élève l’arbre qui rampe, dessèche l’arbre vert et fait fleurir l’arbre sec. Moi, le Seigneur je parle et j’accomplis.»} (Ezéchiel 17/24).
Le prophète Jean Baptiste a dit aux fils d’Israël, les avertissant de la colère divine que Dieu allait leur infliger : « La hache est déjà prête à couper les arbres à la racine : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu. Moi, je vous baptise avec de l’eau pour montrer que vous changez de comportement, mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi. Je ne suis même pas digne d’enlever ses chaussures; il vous baptisera avec le Saint-Esprit et avec du feu.»} (Matthieu 3/10-11). Voir aussi la parabole du figuier qui ne donne pas de figues (Luc 13/6-9)
Le cas de Jésus demeurait l’occasion, unique et ultime, pour sauvegarder la sélection des messagers célestes au sein du peuple élu, comme par le passé. IL a mis la hache sur le tronc de l’arbre. Quand ils dénigrèrent le prophète et essayèrent de l’assassiner, l’arbre vert s’assécha, il fut coupé puis jeté au feu. Il s’agit, bien entendu, du feu de la furie de Dieu et de sa vengeance. Un autre arbre qui était sec, fleurit. Oui! Dieu priva l’arbre d’Israël d’eau et la brûla. IL fit épanouir un autre arbre, sec et au sein de laquelle aucun Apôtre n’apparut. Elle descendait d’Ismaël (B.S.D.L). C’est par elle, que le Créateur fit remplacer la nation juive. Quiconque réfléchit sur les rapports du prophète arabe, Mohammed à l’égard des juifs des Bânî En-Nadhîr et des Bânî Qounaïah‘ puis l’expulsion des Bânî Qouraïdhah de la péninsule arabe à la suite de la bataille de Khaïbar, comprend aisément cette réalité historique. Le Prophète Ezéchiel a consigné : « Ecoute, prince d’Israël, impie, méchant, ton jour viendra, en même temps que le péché prendra fin. Ainsi parle le Seigneur Dieu : qu’on ôte le turban, qu’on enlève la couronne, les choses ne seront plus ce qu’elles étaient. Qu’on élève ce qui est bas, qu’on abaisse ce qui est élevé. Ruine! Ruine! J’en ferai une ruine – Il n’y en a jamais eu de pareille – jusqu’à ce que vienne celui à qui appartient le jugement et à qui je l’aurai confié.»} (Ezéchiel 21/25-27).
Lorsque vint celui à qui appartient le jugement, le dernier des prophètes, la situation s’inversa. Le turban, le symbole de l’écriture du livre Sacré par les prêtres aaroniques, chargés de faire respecter la Loi aux descendants de Moïse, fut enlevé. Ils avaient obligé leurs ouailles de mettre certains vêtements, le turban, entre autres. Voir l’exode 28/36-37). Aussitôt la nation bannie devint honorée et celle qui était comblée fut exclue, comme l’a précisé le roi David : {La pierre que les maçons ont rejetée est devenue la pierre angulaire. Cela vient du Seigneur, c’est une merveille à nos yeux.»} (Les Psaumes 118/22-23) C’était, certes, un miracle mais un miracle véritable. Jésus donna à ses disciples l’exemple des vignerons – que nous examinerons bientôt – puis il leur dit : « La pierre que les bâtisseurs avaient rejetée est la pierre principale. Cela vient du Seigneur, pour nous c’est une merveille. C’est pourquoi, ajouta Jésus, je vous le déclare, le Royaume de Dieu vous sera enlevé pour être confié à un peuple qui en produira les fruits.»} (Matthieu 21/42-43).
Le fils de Marie, après avoir évoqué l’un des exemples du royaume de Dieu, redit à ses partisans : « Faites attention à la manière dont vous écoutez. Car celui qui a quelque chose recevra davantage mais celui qui n’a rien, on lui enlèvera même le peu qu’il pense avoir.»} (Luc 8/18).
Ces textes ont invoqué, ainsi, la première des qualités de la nouvelle nation qui héritera des fils d’Israël, la bénédiction et la sélection des prophètes : {Ce que le Seigneur a vu a excité son mépris : ses fils et ses filles l’ont offensé. IL a dit : « Je vais leur cacher ma face. Je verrai quel sera leur avenir. Car c’est une génération pervertie, des fils en qui on ne peut avoir confiance. Ils m’ont donné pour rival ce qui n’est pas Dieu, ils m’ont offensé par leurs vaines idoles. Eh bien! Moi je leur donnerai pour rival ce qui n’est pas un peuple, par une nation folle, je les offenserai.»} (Le Deutéronome 32/19-21).
La nation choisie par le Seigneur est celle qui a été maudite. Elle est la nation analphabète et un peu idiote sur les bords. C’est par son biais qu’il importunera les Juifs. IL a précisé : ? Dieu, par eux, remplit de dépit les infidèles… ?. Les fils d’Israël ont comploté contre cette nation dite idiote. Les nations ne sauraient être décrites de bêtes, on peut les qualifier d’illettrées, de folles et de violentes. Quelle est donc cette nation illettrée, un peu folle par laquelle Dieu fera souffrir, moralement, les partisans de Moïse? C’est la nation arabe. Le Tout Puissant a dit : ? C’est Lui qui a envoyé chez les incultes un prophète issu d’eux qui leur récite Ses Versets, les purifie, leur enseigne le Livre et la sagesse bien qu’ils aient été, antérieurement, dans une aberration évidente  ?
Cependant Paul s’est trompé et pense que cette nation incrédule est celle des Grecs; il affirme le transfert de la responsabilité du royaume des fils d’Israël – et il a raison – mais il s’est leurré sur la nation qui prendra le flambeau. Il a enregistré :          {Ainsi, il n’y a pas de différence entre les Juifs et les Grecs , ils ont tous le même Seigneur qui accorde Ses Biens à tous ceux qui font appel à Lui. Le peuple d’Israël n’aurait-il pas compris?»} Voici la réponse que donne Moïse : ‹‹ Je vous rendrais jaloux de ceux qui ne sont pas une vraie une nation, dit Dieu, j’exciterai votre colère contre une nation sans intelligence.» Esaïe ose même proclamer : ‹‹ J’ai été trouvé par ceux qui ne me cherchaient pas, dit Dieu, je me suis montré à ceux qui ne me demandaient rien.» Puis, il ajoute : ‹‹ Tout le jour, j’ai tendu la main à un peuple désobéissant et rebelle.»} (Lettre aux Romains 10/12-21)
Paul est fermement convaincu que les Israélites ont définitivement perdu leur privilège, mais il croit que les Grecs sont la nation qui les remplacera. Il pense cela parce qu’il a été chez les compatriotes de Socrate, Platon et autre grecs qui lui étaient contemporains, ils l’ont écouté attentivement et se sont convertis à la religion qu’il prônait. Mais la conversion aux prescriptions divines transmises par Jésus ne fut pas l’apanage des seuls Grecs, d’autres peuples adhérèrent à la nouvelle religion monothéiste. Il n’y a donc pas lieu de leur attribuer ce noble héritage. Par le Royaume, Paul voulait dire, l’adhésion des Grecs au Christianisme. Cette dernière idée est très étroite par rapport aux grandes qualités de la nouvelle nation qui propagera, bientôt, la synthèse finale de toutes les Révélations divines et divulguées par tous les prophètes antérieurs.
D’autre part, les Grecs ne peuvent être considérés comme la nation grossière qui héritera le royaume. Tout le monde sait que les Grecs ont donné à l’humanité des penseurs et des philosophes et qu’ils ont érigé une civilisation brillante. Paul, lui-même, écrit : {Les Juifs demandent comme preuves des miracles et les Grecs recherchent la sagesse.} (1° lettre aux Corinthiens 1/22). Comment alors peut-on se permettre de décrire les Grecs de stupides et d’ignorants?
La nouvelle nation est sans doute la nation arabe. La bénédiction divine lui fut, clairement, promise au détriment des autres peuples. Le prophète Esaïe annonce la venue du prophète qui sortira de cette nation. Il a dit que ses concitoyens le chasseront de sa terre natale mais qu’il triomphera d’eux. Il anéantira leurs mœurs et traditions puis érigera une nouvelle gloire. Il donnera le coup de grâce à l’empire perse de Babylone. Les dieux sculptés par les sujets de cet Etat, s’écrouleront devant ses pieds. Il a consigné :{Le Seigneur m’a ainsi parlé : «Va, place le guetteur, qu’il annonce ce qu’il verra, s’il voit un char attelé de deux chevaux, un cavalier sur un âne, un cavalier sur un chameau, qu’il fasse attention, qu’il redouble d’attention!» Celui qui regarde a crié : « A mon poste de guet, monseigneur, je me tiens tout le jour, à mon poste de garde, je reste debout toute la nuit. Et voici ce qui vient : un homme sur un char attelé de deux chevaux. Il prend la parole et dit : « Elle est tombée, elle est tombée Babylone et toutes les statues de ses dieux sont, par terre, brisées….J’ai appris cela du Seigneur, le Tout Puissant, Dieu d’Israël. On me crie de Séïr :        « Veilleur, où en est la nuit? Veilleur, où en est la nuit?» Le veilleur répond : « Le matin vient et de nouveau la nuit. Si vous voulez encore poser la question, revenez!.Vous allez passer la nuit dans la forêt en Arabie, ô caravanes de Dedân! Allez à la rencontre de l’assoiffé, apportez de l’eau, habitants du pays de Taïmah, allez au-devant du fugitif avec son pain, car ils s’enfuient devant les épées déchaînées»….Ainsi a parlé le Seigneur :       « Encore un an – une année de mercenaires – et toute la gloire de Qédar sera anéantie.»} (Esaïe 21/6-16).
Le texte après avoir décrit la chute des Perses, revient pour parler des Didâniiens, habitants de Taïmâ’ auxquels il est demandé de protéger celui qui s’est réfugié dans leur pays au relief tourmenté. Il leur est annoncé, également, la fin de la gloire de Qédar, fils d’Ismaël, après un laps de temps assez court.
Selon le lexique des termes de la Bible, les Didâniiens sont les habitants de Taïmâ’ située au nord du Hidjâz. Nul n’ignore la rudesse du relief de la région. Le texte annonce la victoire des Musulmans, dans un ou huit ans, à Badr ou lors de la conquête de la Mecque l’honorée, sur les enfants de Qédar qui est le deuxième fils d’Ismaël;
Le nom de Qédar est donné, aussi, au pays où les descendants de cet ancêtre furent battus. {Ainsi parle le Seigneur : Debout! Montez à l’assaut de Qédar.»} (Jérémie 49/28).
L’expression : {toute la gloire de Qédar sera anéantie.} exprime la victoire des Musulmans sur les habitants de la région de Qédar. Jérémie décrit la nouvelle nation qui va émerger et dit : « Qui a fait surgir du levant un justicier, l’appelle sur ses pas, soumet devant lui des nations, abaisse les rois, multiplie comme poussière ses gens d’épée, comme paille en ouragan ses lanceurs de flèches si bien qu’il traque les autres et passe outre, indemne, sans mettre les pieds à terre. Qui a réalisé et exécuté? Celui qui appelle les générations depuis l’origine. Moi, je suis le Seigneur, le premier et serai tel encore auprès des derniers »} (Esaïe 41/2-4). Si le passage annonce la venue d’un prophète, de quel prophète s’agit-il? Qui est ce justicier que Dieu a imposé aux peuples et qui vient de l’orient. Cette annonce peut concerner l’Arabie, comme le dit Jérémie : « Debout! Montez à l’assaut de Qédar! Dévastez les gens de l’Orient!»} (Jérémie 49/28).
Dieu a châtié les Juifs par l’intermédiaire des Musulmans, comme IL les a punis, dans le passé, par le biais de Nabuchodonosor : {Car ils ont rejeté l’instruction du Seigneur, le tout puissant, ils ont méprisé la parole du Saint d’Israël, c’est pourquoi la colère du Seigneur s’enflamme contre son peuple, il étend la main pour le frapper, les montagnes tremblent et leurs cadavres sont comme des ordures au milieu des rues.»} (Esaïe 5/24-25).
Le Livre raconte, encore, une souffrance prochaine que des nations fortes et violentes feront subir aux fils d’Israël. {Mais avec tout cela, sa colère ne s’est pas détournée et sa main est encore tendue. Il lève un étendard pour une nation lointaine, il la siffle de l’extrémité de la terre et la voici qui se hâte et arrive très vite. Aucun de ces hommes n’est fatigué, aucun ne trébuche, aucun n’est assoupi ni endormi. Les ceintures ne sont pas détachées et les cordons des sandales ne sont pas rompus. Ses flèches sont aiguisées, tous ses arcs sont tendus. On prendrait pour de la pierre, les sabots de ses chevaux, pour un tourbillon, les roues de ses chars. Son rugissement est celui d’une lionne, elle rugit comme les lionceaux, elle gronde, elle s’empare de sa proie, elle l’emporte et personne ne la lui arrache. Mais en ce jour, il y aura un grondement contre elle, semblable au grondement de la mer. On regardera vers la terre et voici : ténèbres et détresse et la lumière sera obscurcie par un épais brouillard.»} (Esaïe 5/25-30)
Ce passage de l’ancien testament affirme le courage des combattants de la foi que sont les Compagnons du prophète Mohammed comme le précise Dieu. IL a dit 😕 Mohammed, Envoyé de Dieu et ceux qui sont avec lui sont durs envers les infidèles et affectueux entre eux. On les voit inclinés et prosternés, désireux d’obtenir la grâce de Dieu et s’efforçant de Lui plaire. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation. Telle est l’image donnée d’eux dans la Thorah. Dans l’Evangile, ils sont comparés à une semence qui, ayant fait sortir ses plumules, les renforce, en sorte qu’elles grossissent, se tiennent sur leurs tiges faisant l’admiration des semeurs. Dieu, par eux, remplit de dépit les infidèles. IL promet à ceux d’entre eux qui croient et font de bonnes œuvres, le pardon et une immense rétribution  ?
Dans d’autres versets, Esaïe parle de la joie et du grand bonheur que ressentent les habitants de la région de Qédar, à la suite de la victoire de ce prophète. Il a consigné : ‹‹ Qu’élèvent la voix le désert et ses villes, les villages où habite Qédar, que les habitants du roc poussent des acclamations, du sommet des montagnes qu’ils lancent des vivats, qu’on rende gloire au Seigneur, qu’on publie dans les îles sa louange! Le Seigneur, tel un héros, va sortir, tel un homme de guerre, il réveille sa jalousie, il pousse un cri d’alarme, un grondement contre ses ennemis.»} (Esaïe 42/ 11-13).
En plus de la victoire, cette frénésie d’allégresse et de réjouissance était provoquée par l’apparition du prophète promis. ‹‹ Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu que j’ai moi-même en faveur, j’ai mis mon esprit sur lui. Pour les nations, il fera paraître le jugement, il ne criera pas, il n’élèvera pas le ton, il ne fera pas entendre dans la rue sa clameur, il ne brisera pas le roseau broyé, il n’éteindra pas la mèche qui s’étiole : à coup sûr, il fera paraître le jugement. Lui ne s’étiolera pas, lui ne ploiera pas jusqu’à ce qu’il ait imposé sur la terre le jugement et les îles seront dans l’attente de ses lois.››} (Esaïe 42/ 1-4). Qui est donc ce triomphateur qui fera paraître sur terre la Loi divine et qui ne fléchira jamais? Qui fera surgir la Vérité à toutes les nations? C’est l’Apôtre Mohammed (B.S.D.L)!
Le prophète Esaïe menace les fils d’Israël qui ont falsifié le Livre Sacré et qui n’ont pas appliqué Ses prescriptions, il les menace par le prophète illettré qui apportera un document scellé. Il raconte : {Le Seigneur a versé sur vous un esprit de torpeur, il a fermé vos yeux- les prophètes. Il a voilé vos têtes –les voyants! La révélation de tout cela est pour vous comme les mots d’un document scellé qu’on donne à celui qui sait lire en disant : « Lis donc ceci.» Il répond :« Je ne peux pas parce que le document est scellé.» On le donne alors à celui qui ne sait pas lire en disant :« Lis donc ceci!» il répond : « Je ne sais pas lire.» Le Seigneur dit : « Ce peuple ne s’approche de moi qu’en paroles, ses lèvres seules me rendent gloire mais son cœur est loin de moi. La crainte qu’il me témoigne n’est que précepte humain, leçon apprise. C’est pourquoi je vais continuer à lui prodiguer des prodiges, si bien que la sagesse des sages s’y perdra et que l’intelligence des intelligents se dérobera. Malheur! Ils agissent par-dessous pour cacher au Seigneur leurs projets. Ils trament dans l’ombre et disent : « Qui nous voit, qui nous remarque? » Quel renversement des rôles! Prendra-t-on le potier pour l’argile? L’œuvre dira-t-elle de l’ouvrier : « Il ne m’a pas faite?» Le vase dira-t-il du potier : « Il n’y entend rien ?» Dans très peu de temps le Liban ne sera-t-il pas changé en un verger, tandis que le verger aura la valeur d’une forêt? En ce jour-là, les sourds entendront la lecture du livre et sortant de l’obscurité et des ténèbres, les yeux des aveugles verront.››} (Esaïe 29/10-18).
C’est la même idée que l’on retrouve dans les textes bibliques : un arbre vert qui s’étiole, un autre sec qui verdoie et donne des feuilles. Cela se concrétisera quand la main du prophète illetré ouvrira le document scellé. Esaïe a dit – c’est déjà signalé plus haut, {On le donne alors à celui qui ne sait pas lire en disant : lis donc ceci, il répond : je ne sais pas lire.››} Ce prophète a consigné le moment sublime du début de la Révélation au prophète Mohammed. Dans son oeuvre Es-Sahîh, El-Boukhârî rapporte un hadîth de ‘Aïchah, épouse de l’Envoyé de Dieu et mère des croyants. Elle a dit : ‹‹ Le Messager de Dieu se trouvait dans la grotte de Hirâ’ quand l’archange Gabriel vint le voir et lui demanda de lire. Le prophète lui répond qu’il ne sait pas lire. Gabriel l’étreignit au point de lui faire perdre toutes ses forces. Il le lâcha et lui posa la même question. Le prophète lui redit qu’il ne sait pas lire. Après la troisième tentative, il lui ordonne :  ?Lis, de par le nom de ton Seigneur, qui a créé! Qui a créé l’homme d’une jonction sanguine! Lis, car ton Seigneur est très généreux!  ?
Les menaces proférées par Esaïe étaient vraies, Jésus les reprend. Il a dit aux Juifs : ‹‹ C’est ainsi que vous annulez la valeur de la parole de Dieu pour agir selon votre propre tradition, O hypocrites! Esaïe avait bien raison quand il prophétisait à votre sujet en ces termes : ce peuple, dit Dieu, m’honore en paroles mais de cœur il est loin de moi. Le culte que ces gens me rendent est sans valeur car les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des prescriptions humaines.›› (Matthieu 15/6-9).
Les présages d’Esaïe perdurèrent jusqu’au temps du fils de Marie. ‹‹ C’est pourquoi je vais continuer à lui prodiguer des prodiges, si bien que la sagesse de leurs sages s’y perdra et que l’intelligence de leurs intelligents se dérobera…. Dans très peu de temps le Liban ne sera-t-il pas changé en un verger, tandis que le verger aura la valeur d’une forêt? En ce jour-là, les sourds entendront la lecture du livre et sortant de l’obscurité et des ténèbres, les yeux des aveugles verront.›› }(Esaïe 29/14-18).
Esaïe menace les Juifs par le prophète au document scellé, celui qui ne sait ni lire ni écrire. Ensuite le même Esaïe parle du prophète qui sait lire mais qui n’a pas pu lire le document parce qu’il était scellé. Jésus était celui qui savait lire (Voir Luc 4/16-18) et qui cependant a refusé de lire le document scellé et qui sera lu par celui qui ne sait pas lire et écrire. ‹‹ La révélation de tout cela est pour vous comme les mots d’un document scellé qu’on donne à celui qui sait lire en disant :« Lis donc ceci.» Il répond : « Je ne peux pas parce que le document est scellé.» On le donne alors à celui qui ne sait pas l’écriture en disant :« Lis donc ceci!» Il répond : « Je ne connais pas la lecture.››} (Esaïe 29/16-18).

Advertisements

Réponse à : le témoignage d’un homme vaut celui de deux femmes

Question :

Le Coran ne dit-il pas qu’il faut le témoignage de deux hommes ou bien d’un homme et de deux femmes ? Pourquoi, d’après l’islam, le nombre de témoins requis change-t-il selon qu’il s’agit d’homme ou de femmes ?

Réponse :

Voici ce que le Coran dit : “Si les deux témoins ne sont pas deux hommes, alors qu’il y ait un homme et deux femmes, afin que si l’une d’elles se trompe, l’autre puisse lui rappeler” (Coran 2/282). De même, un Hadîth authentique du Prophète dit : “… Le témoignage d’une femme n’est-il pas la moitié du témoignage d’un homme ? Cela relève du fait de son manquement en matière de raison” (rapporté par al-Bukhârî et par Muslim). Ces deux textes et la règle qui en découle peuvent prêter à malentendu s’ils sont mal compris.

Mais en fait il y a, dans cette règle, la volonté non pas de dire que la femme serait une incapable sur le plan intellectuel, mais de prendre en compte sa constitution et ses spécificités, notamment sur le plan émotionnel (par exemple dans le cas où elle aurait été témoin d’un meurtre, selon l’école zahirite), et également de prendre en compte sa moindre présence dans les affaires commerciales etc. Avoir assisté malgré soi à un meurtre est très éprouvant pour tout être humain, mais plus encore pour la femme, chez qui les émotions sont très présentes. Car la science a désormais prouvé qu’il existe, non pas pour des raisons culturelles mais bien pour des raisons constitutionnelles, certaines différences physiques, émotionnelles et psychologiques entre les hommes et les femmes. Or le droit musulman entend prendre en compte ces différences dans ses règles.

Et ceci est une analyse psychologique de la différence entre l´homme et la femme :

La femme est beaucoup plus mentale, sensible à la métaphysique des évènements. Elle n’a pas la même répercussion sensible que l’homme. Il est plus concret qu’elle. Pour elle, un événement est chargé de significations enfouies sous plusieurs degrés. Lui, il s’arrête au premier degré sans fouiller au-delà dans son subconscient. Le caractère abstrait de la sensibilité de la femme pousse à dire qu’elle est irrationnelle. Cela la conduits à avoir plus de frayeurs dans la vie en général tellement ses pensées sont accablées par les sous-sens des évènements et des situations. Elle a besoin d’un refuge qu’elle trouve chez l’homme. En effet, il est plus solide à ce niveau puisqu’il se pose moins de questions métaphysiques. Ce comportement de refuge et de crainte nous fait dire que la femme est infantile.

Devoir témoigner de cela, demande donc qu’il y ait un double témoignage féminin, parce que la charge émotionnelle peut dominer la raison au point que, sans qu’on le veuille ni ne le sache, le témoignage en soit quelque peu faussé. Il ne s’agit donc pas chez la femme d’une incapacité intellectuelle, mais de la priorité donnée aux émotions.

C’est bien pourquoi, dès les premiers siècles de l’islam, des ulémas ont compris cette règle du témoignage comme ne s’appliquant pas à tous les cas de figure. Ainsi, dans les affaires purement féminines (accouchement, etc.), le témoignage d’une seule femme suffit. De même, d’après certains ulémas, dans des cas purement cultuels comme l’établissement de la présence du croissant lunaire pour le début du mois de Ramadan, il faut soit le témoignage d’un homme, soit le témoignage d’une femme (une seule) (pour plus de détails, lire At-Turuq al-hukmiyya, Ibn ul-Qayyim, pp. 181-189). La règle n’est donc pas applicable à tous les cas de témoignages féminins.

La phrase du Hadîth disant que la femme connaît un “manquement en matière de raison” signifie donc que dans certains cas de témoignage présumés tels, il y a un manquement en terme de résultat (et non de capacité), et ce eu égard à la prépondérance des émotions sur la raison chez la femme en général. Cette phrase ne signifie pas que la femme ne serait pas intelligente ou qu’elle ne serait pas faite pour apprendre et comprendre. Au contraire, nous voyons le Prophète approuver le fait que son épouse Hafsa ait appris à lire et à écrire (rapporté par al-Hâkim). Et chacun sait combien les savants musulmans des premiers temps de l’islam venaient, après la mort du Prophète, apprendre ses enseignements auprès de son autre épouse Aïcha, réputée pour son savoir. Ash-Shawkânî écrit : “Il n’est rapporté d’aucun savant musulman qu’il aurait déclaré non-authentique un Hadîth parce que la personne qui le rapporte est une femme. Au contraire, combien de Hadîths sont tels qu’ils sont rapportés par une femme ! Ces Hadîths ont toujours été acceptés par la Communauté musulmane [et considérés du même niveau que les Hadîths rapportés par les hommes]” (cité dans Tahrîr ul-mar’a, tome 1 p. 118). Bien sûr, l’éthique musulmane demande que la formation des femmes comme celle des hommes (comme d’autres activités de la société) prennent place dans un certain nombre de limites, au nombre desquelles certaines sont en rapport avec les tenues vestimentaires et le côtoiement des uns et des autres.

Synthèse de la réponse :

Le témoignage cité dans le verset n´est qu´une exception,  la règle concernant la nécessité d’avoir deux témoins hommes ou bien un témoin homme et deux témoins femmes figure effectivement dans le Coran et les Hadîths. Cette règle est liée à la prise en compte des spécificités des hommes d’une part, des femmes de l’autre. Dès les premiers siècles de l’islam, cependant, cette règle a été comprise comme se rapportant à certains domaines et non à d’autres, où le témoignage d’un seul homme ou bien celui d’une seule femme est valable. Et il en est d’autres où, d’après certains ulémas, c’est le témoignage d’une femme qui est requis, à l’exclusion de celui d’un homme.

Que dit la Bible à  ce sujet ?

Première épître de Paul à Timothée

– chapitre 2 –

11 Que la femme écoute l’instruction en silence, avec une entière soumission.

12 Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de prendre de l’autorité sur l’homme ; mais elle doit demeurer dans le silence.

13 Car Adam a été formé le premier, Eve ensuite ;

14 et ce n’est pas Adam qui a été séduit, c’est la femme qui, séduite, s’est rendue coupable de transgression.

15 Elle sera néanmoins sauvée en devenant mère, si elle persévère avec modestie dans la foi, dans la charité, et dans la sainteté

Ma question:

La femme chrétienne doit écouter en silence.

La femme chrétienne doit être soumise.

La femme chrétienne n´a pas la permission d´enseigner.

La femme chrétienne n´a pas la permission de prendre l´autorité sur l´homme.

La femme chrétienne doit demeurer dans le silence.

Cela veut il dire que la femme chrétienne n´a même pas le droit de parler pour témoigner á coté de l´homme ??

Écrit par : Asad Eddin

Ebnmaryam.com /

Réponse à : pourquoi est-ce que la polygamie est permise dans Islam?

polygamie

Question :

Pourquoi est-ce qu’un homme est autorisé à avoir plus qu’une femme dans Islam? c.-à-d. pourquoi est-ce que la polygamie est permise dans Islam

Réponse :

Définition de Polygamie

1-  La polygamie signifie un système de mariage par quoi une personne a plus qu’un époux. La polygamie peut être de deux types. On est polygamie où un homme se marie avec plus qu’une femme et l’autre est la polyandrie, où une femme se marie avec plus qu’un homme. Dans l’Islam, la polygamie limitée est permise; alors que la polyandrie est complètement interdite.
Maintenant en venant à la question originale, pourquoi on permet à un homme d’avoir plus qu’une femme ?

2- Le Qur’an est la seule Sainte écriture religieuse dans le monde qui dit, “mariez-vous avec UNE SEULE”

Le Qur’an est le seul livre religieux, sur la surface de cette terre, qui contient l’expressionmarriez vous seulement avec un’. Il n’y a aucun livre religieux qui donne l’ordre aux hommes d’avoir seulement une femme. Dans aucune sainte écriture de n’importe quelle religion, le Vedas, le Ramayan, le Mahabharat, le Geeta, le Talmud ou la Bible en fait on trouve qu’on peut se marier autant que l’on veut. C’était seulement dernièrement, que les prêtres hindous et d’église chrétienne avaient restreint le nombre de femmes à un.

Beaucoup d’hindou religieux les personnalités, selon leurs Saintes écritures, avaient des femmes multiples. Roi Dashrat, le père de Rama, avait plus qu’une femme. Krishna avait plusieurs femmes.
Dans premiers temps, chrétiens on a permis aux hommes autant de femmes qu’ils ont voulues, puisque la Bible ne met aucune restriction sur le nombre de femmes. C’était seulement il y a quelques siècles que l´église a restreint le nombre des femmes à un.

La polygamie est permise dans Judaïsme. Selon la loi Talmudic, Abraham avait trois femmes et Solomon avait des centaines de femmes. La pratique de polygamie a continué jusqu’au Rabbin Gershom ben Yehudah a publié un édit contre cela. Les communautés Séfarade juives vivant dans les pays Musulmans ont continué la pratique jusqu’à déjà à 1950, jusqu’à un acte du chef du Rabbinat d”Israël a étendu l’interdit de mariage avec plus qu’une femme.

3. Les hindous sont plus de polygames que les Musulmans

Le rapport du ‘Commutée du Statut de La femme dans l’Islam ’, publié en 1975 mentionne en numéros des pages 66 et 67 que le pourcentage de mariages polygames entre les années 1951 et 1961 était 5.06 % parmi le Les hindous et seulement 4.31 % parmi les Musulmans. Selon la loi indienne seulement les hommes Musulmans sont autorisés à avoir plus qu’une femme. C’est illégal pour n’importe quel non-musulman en Inde pour avoir plus qu’une femme. Malgré cela étant illégal, les Hindous ont plus de femmes multiples comme comparé aux Musulmans. Plus tôt, il n’y avait aucune restriction même des hommes hindous en ce qui concerne le nombre des femmes permises. C’était seulement en 1954, quand l’acte de Mariage hindou a été passé que cela est devenu illégal pour un hindou pour avoir plus qu’une femme. À  présent c’est la Loi indienne qui restreint un homme hindou d’avoir plus qu’une femme et pas les Saintes Ecritures hindous

Permettez-nous d’analyser maintenant pourquoi L’Islam permet à un homme d’avoir plus qu’une femme.

4. Qur’an permet la polygamie limitée

Comme sus- mentionné plus tôt, le Qur’an est le seul le livre religieux sur la surface de la terre qui dit marriez avec UNE SEULE “cette expression est le verset suivant de Surah Nisa du saint Qur’an :

“Et si vous craignez de n’être pas justes envers les orphelins, …Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule,. ”

[Al-Qur’an 4:3]

Avant que le Qur’an était révélé, il n’y avait aucune limite supérieure pour la polygamie et beaucoup d’hommes avaient beaucoup de femmes, certains même des centaines. L’Islam met une limite supérieure de quatre femmes. L’Islam donne une permission d’homme à se marier avec deux, trois ou quatre femmes, seulement à condition qu’il les traite justement

Dans le même chapitre c’est-à-dire. Surah Nisa le vers 129 dit :

“Vous ne pourrez jamais être équitable entre vos femmes, même si vous en êtes soucieux. …. “[Al-Qur’an 4:129]

Donc la polygamie n’est pas UNE REGLE , mais une exception. Beaucoup de personnes sont sous la conception erronée que c’est obligatoire pour L’homme musulman d’avoir plus qu’une femme.

Généralement, l’Islam a cinq catégories de faites et ne faites pas :

‘Fard ’ c’est-à-dire obligatoire
‘Mustahab ’ c’est-à-dire recommandé ou encouragé
‘Mubah ’ c’est-à-dire permis
‘Makruh ’ c’est-à-dire non recommandé ou découragé
‘Haraam ’ c’est-à-dire interdit ou défendu
La polygamie tombe en milieu de catégorie de choses qui sont permises. On ne peut pas dire qu’un Musulman qui a deux, trois ou quatre femmes est un meilleur Musulman en comparaison d’un Musulman qui a seulement une femme.

5. La durée de vie moyenne de femelles est plus que celle de mâles

Par nature les mâles et les femelles sont nées approximativement en même ration. Une fillette a plus d’immunité qu’un enfant mâle. Une femelle l’enfant peut lutter contre les germes et les maladies mieux que l’enfant mâle. Pour cette raison, pendant l’âge de pédiatrie lui-même il y a plus de morts parmi les mâles en comparaison des femelles.

Pendant les guerres, il y a plus d’hommes tués comme comparé aux femmes. Plus d’hommes meurent en raison des accidents et des maladies que les femmes. La durée de vie moyenne de femelles est plus que celle du mâle et à n’importe quel temps on trouve plus de veuves dans le monde que les veufs.

6- population féminine Mondiale est plus que population mâle

Aux Etats-Unis, les femmes surpassent des hommes par 7.8 million. New York seul a un million plus de  femmes comme comparé au nombre de mâles, et de la population mâle de New York un tiers est gays (homos) c.-à-d. sodomites. L’U.S.A a dans son ensemble plus de vingt-cinq million d’homosexuels. Cela veut dire que ces gens ne souhaitent pas se marier avec les femmes La Grande-Bretagne a quatre million plus de de femmes comme comparé aux mâles. L’Allemagne a cinq million plus de femmes comme comparé aux mâles. La Russie a neuf million plus de femmes que mâles. Dieu seul sait combien de million plus de  femmes il y a dans le monde entier comme comparé aux mâles.

8. Le fait de restreindre chaque homme pour avoir seulement une femme n’est pas pratique

Même si chaque homme s’est marié avec une femme, là serait toujours plus de trente millions de femelles dans U.S.A qui ne seraient pas capables d’obtenir des maris (vu que l’Amérique a vingt cinq million d’homosexuels). Il y aurait plus que quatre millions de femelles en Grande-Bretagne, 5 millions de femelles en Allemagne et neuf millions de femelles en Russie seules qui ne seraient pas capables de trouver un mari.

Dans la société Occidentale, il est commun pour un homme pour avoir les maîtresses et/ou la relation extraconjugale multiple, dans le cas où, la femme mène une vie honteuse, sans protection. La même société, pourtant, ne peut pas accepter un homme ayant plus qu’une femme, dans lequel les femmes retiennent leur place honorable, digne dans société et mènent une vie protégée.
Ainsi les deux seules options avant qu’une femme qui ne peut pas trouver un mari doit se marier avec un homme marié ou devenir propriété publique. L’Islam préfère donner la position honorable aux femmes en permettant le premier l’option et rejette le deuxième.

Il y a plusieurs autres raisons, pourquoi l’Islam a permis la polygamie limitée, mais il doit surtout protéger la modestie des femmes.

la polygamie n’est pas recommandée,  mais permise c’est à dire ce n’est pas si un musulman n’a pas plus d´une femme donc il a commis un péché.

la polygamie n’est permise que pour les vrais musulmans purs et non pour n’importe qui, qui pourrait endommager la société avec un tel mariage, lorsqu´il ne donne pas a ses femmes leurs droit, et dans beaucoup de cas les enfants meurent de faim..

Qur’an stipule qu’un homme est responsable de l’entretien de son épouse ou épouses : logement nourriture, habillement …

Les mariages multiples sont une responsabilité lourde sur le mâle. Ce n’est pas un voyage de plaisir comme certains peuvent supposer. Certains imaginent même toutes sortes d’exploits sexuelles faisant participer un homme et ses épouses tout à fait. Cependant, une telle activité n’est pas permise dans l’Islam. Un homme doit diviser son temps également parmi ses épouses. Il peut, par exemple, passer une nuit avec chaque épouse sur un programme tournant.

Si un homme ne peut pas maintenir la justice dans le traitement de ses épouses, le Qur’an stipule qu’il ne doit pas avoir plus d’une épouse.:

regardons ce verset

Coran4/3

Et si vous craignez de n’être pas justes envers les orphelins, …Il est permis d’épouser deux, trois ou quatre, parmi les femmes qui vous plaisent, mais, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule, ou ce que vos droits ont acquis . Cela afin de ne pas faire d’injustice (ou afin de ne pas aggraver votre charge de famille).

Donc c’est pas un ordre, pourtant une permission, et personne ne dit que si un musulman se marie avec une seule seulement, alors il commet un péché !!

il a été permis mais pas interdit et cette permission a été bien organisée, si vous craignez de n’être pas justes avec celles-ci, alors une seule c´est à dire  la justice entre elles . ce qui est confirmé par ceci :

Coran 4/[129]

Vous ne pourrez jamais être équitables entre vos femmes, même si vous en êtes soucieux. Ne vous penchez pas tout à fait vers l’une d’elles, au point de laisser l’autre comme en suspens. Mais si vous vous réconciliez et vous êtes pieux… donc Allah est, certes, Pardonneur et Miséricordieux.
Ici nous voyons clairement qu’ALLAH indique aux hommes qu’ils ne seront jamais justes à leurs épouses.

Voyons pourquoi alors le tout puissant Allah a temporairement recommandé la polygamie mais pourtant il l’a très fortement découragé!

Quel était le but du verset 4:3 ?

Le verset 4:3 a été indiqué a un moment au prophète Muhammad PBSL a été dans Madina après qu’il ait émigrée de la Mecque et a établi un état islamique

là bien après que la bataille d’Uhud dans laquelle les musulmans non seulement avaient perdu et souffert d’une diminution dramatique du nombre d’hommes musulmans. Les hommes musulmans avant qui luttent avaient approximativement 700 hommes. Ils sont devenus seulement 400 après la bataille. Cette perte a engendré ainsi beaucoup de femmes musulmanes des veuves et orphelins non capable de subvenir a leur besoin
Pour faire à ce problème les musulmans avaient fait face à encore une autre bataille contre les païens dans Mecque et ses tribus voisines qui ont voulu attaquer les musulmans dans Madina pour finir outre de l’Islam une fois pour toutes, aussi “bataille du fossé”
Ces batailles continues contre les musulmans étaient très coûteuses en termes de vies des hommes musulmans, c´est à dire donc plus d’orphelins et veuves.

Pour cette raison, Allah avait révélé le vers noble 4:3 à Muhammad PBSL soit sur lui pour résoudre les problèmes sociaux que les musulmans faisaient face. car c’est logique et normal on ne va pas laisser ces veuves se prostituer pour gagner leurs pain ainsi que celui de leurs enfants …autre chose aussi lorsque les musulmans gagnent les guerres il ya des prisonniers de guerres -comme cas de saffya – et donc on ne vas les mettre en esclavage comme l’avaient fait les sauvages juifs ou les prendre pour concubines. Il n’existe pas de concubine dans dictionnaire islamique.

Nous voyons que Allah adonné une haute importance pour les veuves et des orphelins tout en mentionnant les orphelins avant les femmes afin de signaler aux monde entier le pourquoi de cette polygamie ?

Pour conclure on dit que La polygamie n’est ni encouragée dans le Coran, ni interdite, elle est plutôt une permission pour mettre les orphelins et les veuves en valeur.

Ces vérités ont été même confirmés par des témoignages de non musulmans :
John Esposito dit :

Bien qu’on le trouve dans beaucoup de traditions religieuses et culturelles, polygamie (ou plus avec précision, polygynie) le plus souvent est identifié avec l’Islam dans les esprits des Occidentaux. En fait, le Qur’an et la loi islamique cherchés pour commander et régler le nombre de conjoints plutôt que donnent le permis libre. (John Esposito, L’Islam : Le chemin droit, université d’Oxford, 1988, p. 97).

Esposito continue alors pour expliquer que dans une société qui a permis à des hommes un nombre illimité d’épouses, l’Islam a limité le nombre d’épouses à quatre. Alors il a continué à dire :

Le Qur’an permet à un homme d’épouser jusqu’à quatre épouses, s’il peut les soutenir et traiter toutes également. Les musulmans considèrent cette commande de Quranic comme renforcer le statut des femmes et la famille pour lui a cherché à assurer le bien-être des femmes et des veuves simples dans une société dont la population masculine a été diminuée par la guerre, et à limiter la polygamie sans restriction (John Esposito : L’Islam le chemin droit, p. 97

Réponse à : la femme est intellectuellement inférieure à l’homme

Question :

J’aimerais savoir s’il est vrai que le Coran dit que la femme est intellectuellement inférieure à l’homme. Si oui, quels en sont les fondements ? Merci d’avance pour votre réponse.

Réponse :

I-     Introduction

Rappelons tout d’abord que les sources des enseignements de l’islam sont au nombre de deux : le Coran (parole de Dieu) et les Hadîths (paroles, actes et approbations du Prophète Muhammad – sur lui la paix). Si tout le Coran est bien sûr authentique, en revanche parfois certains propos sont faussement attribués au Prophète Muhammad. Le travail des spécialistes des Hadîths est justement d’épurer les Hadîths authentiques des autres propos qui sont prêtés au Prophète mais dont il n’est pas établi qu’il les ait dits. Les moyens de reconnaître ce genre de propos reposent essentiellement sur la qualité de la chaîne de transmission (isnâd)

.II-  Réponse à la question

Pour répondre maintenant à votre question, il est d’emblée possible de dire qu’il y a certains propos relatifs aux femmes qui ont été attribués au Prophète, comme ceux-ci : “Consultez vos femmes et faites le contraire de ce qu’elles vous recommandent”, “Si les femmes n’existaient pas, Dieu aurait été adoré comme Il le mérite”, “N’enseignez pas aux femmes l’écriture”. Cependant, les travaux de certains spécialistes du Hadîth comme al-Albânî ont fait apparaître que ces propos sont “mawdhû'” (faussement attribués au Prophète).Pour sa part le Coran n’a pas utilisé, à l’endroit de la femme, des propos tels que ceux utilisés dans certains autres livres religieux ou par certains anciens philosophes grecs. Au contraire, il parle en termes élogieux de la femme de Pharaon, de Marie (Coran 66/10-11). Et il dit : “Toute personne qui fera le bien en ayant la foi, qu’il soit homme ou femme, Nous lui ferons vivre une vie agréable. Et Nous récompenserons de telles personnes en leur donnant leur récompense pour ce qu’elles faisaient de bien” (16/97). Une des sourates du Coran est d’ailleurs nommée “Les femmes” (la sourate n° 4), dont le premier verset rappelle qu’hommes et femmes ont été créés à partir du même premier couple.Nulle ne part dans le Coran et les Hadîths authentiques, il est dit que la femme est incapable de raisonner et de comprendre, donc inférieure sur le plan intellectuel. Par contre, il est vrai qu’un Hadîth authentique du Prophète dit, en se fondant sur la différence existant entre homme et femme quant au nombre de témoins requis dans certains cas de témoignages : “Cela relève du fait qu’elle connaît un manquement en matière de raison” (rapporté par al-Bukhârî et par Muslim). Cette phrase peut prêter à malentendu si elle est mal comprise. En fait il y a, dans cette phrase concernant le témoignage, la volonté non pas de dire que la femme serait une incapable sur le plan intellectuel, mais que, dans certains cas de témoignage présumés tels, il y a un manquement en terme de résultat (et non de capacité), manquement dû à la priorité donnée aux émotions sur la raison. Sont ainsi pris en compte la constitution et les spécificités féminines, notamment sur le plan émotionnel (par exemple dans le cas où elle aurait été témoin d’un meurtre, selon l’école zahirite). Pour plus de détails sur la question du témoignage, lisez mon article concernant le témoignage de la femme.Mais nulle part il n’est dit que la femme est inférieure sur le plan intellectuel et ne serait donc pas faite pour apprendre et comprendre. Le savant musulman ash-Shawkânî écrit : “Il n’est rapporté d’aucun savant musulman qu’il aurait déclaré non-authentique un Hadîth parce que la personne qui le rapporte est une femme. Au contraire, combien de Hadîths sont tels qu’ils sont rapportés par une femme ! Ces Hadîths ont toujours été acceptés par la Communauté musulmane [et considérés du même niveau que les Hadîths rapportés par les hommes]” (cité dans Tahrîr ul-mar’a, tome 1 p. 118).

La Bible le Coran et la science

Le Docteur Maurice Bucaille s’est trouve en contact de la piété musulmane pendant l’exercice de ses fonctions de chirurgien. Il s’est trouvé à maintes reprises auscultant les âmes autant que les corps, ainsi il a découvert des aspects de l’Islam que beaucoup de monde ignore. Pour mieux comprendre, le Dr. Bucaille s’est mis à étudier le Coran et pour parfaire son étude, il apprendra la langue arabe (langue du Coran). Au cours de son étude, a sa grande surprise il a découvert dans le Coran – entre autre – certaines informations scientifiques concernant des phénomènes que l’on ne peut comprendre qu’avec les lumières de la science moderne, ainsi que des informations historiques qui n’ont été élucidées qu’avec l’archéologie moderne. Il s’est également penché sur l’étude des Ecritures Saintes juives et chrétiennes. Enfin il a présenté une part importante de ses recherches dans son livre : « La Bible le Coran et la science ; les écritures saintes examinées à la lumière des connaissances modernes »écrit en français, publié pour la première fois en 1976. Ce livre ne tarda pas à attirer l’attention des chercheurs de vérité de tous les horizons. Ainsi il fut traduit en Anglais, Arabe, Allemand, Gujarâtî, Indonésien, Persan, Serbo-croate, Turc, Urdu et Bengali, la version française étant a sa 15ème édition en 1993. Il a eu le prix du livre d’or en 1986. On signale également que le professeur Bucaille a public en 1981 un excellent livre sur l’origine de l’homme intitule « L’homme, d’ou vient-il ? La réponse de la science et des écritures saintes » qui a été traduit à son tour en d’autres langues, il a également co-écrit avec le professeurTalbi le livre intitule « Réflexions sur le Coran » et il a écrit en 1988 « pharaons et la médecine » qui lui a valu le prix d’ Histoire de l’ Académie Française ; et le prix général de l’Académie nationale de Médecine en 1991.Le Coran une autre sainte écriture :Un parcours dans les livres du Dr Bucaille fait surgir un certains nombre de témoignages et de conclusions qui ne laissent pas le lecteur indifférent au courage et a l’honnêteté intellectuelle de ce scientifique, sachant qu’il y a une diabolisation par les hommes de « science » de toute tentative de réconciliation entre science et religion en général et la science occidentale et l’Islam en particulier.Ainsi, dans son premier livre, il commence par une plaidoirie pour la réhabilitation de l’Islam dans les mentalités occidentales ; une réhabilitation déjà commencée par l’église même, qui jadis appelait a sa diabolisation, et cela a travers de multiples rencontres entre les hommes des deux religions et la reconnaissance mutuelle, ainsi que l’élimination des préjugés par les propos du pape Paul VI qui se déclarait « animé d’une foi profonde dans l’unification des mondes Islamique et chrétien qui adorent un seul Dieu ». Et cette citation suffit a elle seule pour illustrer le changement de l’Eglise envers l’Islam.Ainsi le Dr Bucaille propose que le Coran accède au rang d’écriture Sainte dans le mental des occidentaux.Après cela le Dr Bucaille nous livre les résultats de ses recherches sur le Coran. Il conclut ainsi :« Transcrits du vivant du Prophète, mais aussi récité par cœur par ses premiers fidèles et plus tard par de nombreux croyants autour de 1ui, tous ces éléments ont été rassemblés après sa mort (632 de l’ère chrétienne) en un livre appelé depuis lors le Coran. Il contient la Parole de Dieu, a l’exclusion de tout apport humain. La possession de manuscrits du 1er siècle de l’ère Islamique authentifie le texte actuel. »II continue et confirme que le Coran ne contient assurément aucune contradiction avec la science, parlant même d’une harmonie entre le Coran et la science Moderne et que d’autre part le Coran ne laisse aucune place aux fausses idées (ou au idées mythologiques) de l’époque de sa révélation, et qu’il contient des informations scientifiques à peine découvertes a l’époque moderne, Ce qui confirme le

caractère révélé de ce Livre


Par Dr Maurice Bucaille

Est-ce que le choix des Prophètes est réservé aux seuls fils d’Israël?

Les textes des Evangiles rapportent des contradictions très claires concernant le salut attendu. Jésus (B.S.D.L), dans le contexte de sa discussion avec la femme samaritaine au sujet du Messie, a dit, d’après Saint Jean : {Car le salut vient des Juifs.} (Jean 4/22).
Mais de nombreux autres textes aussi bien des Evangiles et que ceux de la Torah rejettent cette idée; ils doutent de la véracité de cette expression attribuée au fils de Marie.
Il est important à ce niveau de l’étude de citer les passages du Livre Sacré qui prouvent la possibilité du transfert de la charge de transmettre les missions divines des Juifs à une autre nation comme, par exemple, les Arabes.
Dieu a envoyé plusieurs prophètes aux fils d’Israël, non seulement ils ne les ont pas crus, mais ils en ont tué une partie. Méditons les convictions des Apôtres célestes au sujet de cette communauté de rebelles pour voir si elle mérite toujours la permanence de la bénédiction et la constance de la préférence et de la sélection. Moïse a dit : « Car c’est une nation dont les projets s’écroulent, ils sont sans intelligence. S’ils étaient des Sages, ils comprendraient cela, ils seraient intelligents pour leur avenir.»} (Le Deutéronome 32/28). Il a également constaté : {Pour Lui, ils ne sont que corruption, à cause de leur tare, ils ne sont plus Ses fils : c’est une génération pervertie et dévoyée.} (Le Deutéronome 32/5-6).
Le prophète Elie a confié : « Je suis passionné par le Seigneur, Dieu des puissances : les fils d’Israël ont abandonné ton alliance, ils ont démoli tes autels et tué tes prophètes par l’épée; je suis resté, moi, seul et l’on cherche à m’enlever la vie.» (Les Rois I 19/10).
Dieu les a ainsi décrits dans le Livre du Prophète Ezéchiel : {Il me dit : « Fils d’homme, je t’envoie vers les fils d’Israël, vers des gens révoltés, des gens qui se sont révoltés contre moi, eux et leurs pères, jusqu’à aujourd’hui. Ces fils au visage obstiné et au cœur endurci, je t’envoie vers eux; tu leur diras : ainsi parle le Seigneur Dieu. Alors qu’ils t’écoutent ou ne t’écoutent pas – car c’est une engeance de rebelles – ils sauront qu’il y a un prophète au milieu d’eux. Ecoute, fils d’homme, n’aie pas peur d’eux et n’aie pas peur de leurs paroles; tu es au milieu de contradicteurs. Tu es assis sur des scorpions; n’aie pas peur de leurs paroles et ne t’effraie pas de leurs visages car c’est une engeance de rebelles. Tu leur diras mes paroles qu’ils t’écoutent ou qu’ils ne t’écoutent pas : ce sont des rebelles.»} (Ezéchiel 2/3-8)
Leur description par le prophète Esaïe est toujours la même : « Ecoutez, cieux! Terre, prête l’oreille! C’est le Seigneur qui parle : J’ai fait grandir tes fils, je les ai élevés, eux, ils se sont révoltés contre moi. Un boeuf connaît son maître et un âne la mangeoire de son maître. Israël ne connaît pas, mon peuple ne comprend pas. Malheur! Nation pécheresse, peuple chargé de crimes, races de malfaisants, fils corrompus. Ils ont abandonné le Seigneur, ils ont méprisé le Saint d’Israël, ils se sont dérobés. Où faut-il encore vous frapper, vous qui persistez dans la rébellion? Toute tête est malade, tout cœur exténué. De la plante des pieds à la tête : rien d’intact, blessures, plaies, meurtrissures récentes, ni nettoyées, ni bandées, ni adoucies avec de l’huile.»} (Esaïe 1/1-6).
La colère de Dieu les envahit au point qu’il leur enleva Sa Bénédiction. Il les frappa de son courroux et de sa vengeance : « Maintenant, à vous prêtres cet avertissement : si vous n’écoutez pas et si vous ne prenez pas à cœur de donner gloire à mon nom, dit le Seigneur tout puissant, je lancerai contre vous la malédiction et maudirai vos bénédictions. Oui! Je les maudis car aucun de vous ne prend rien à cœur. Me voici, je vais porter la menace contre votre descendance. Je vous jetterai du fumier sur la figure.»} (Malachie 2/1-3).
Lorsque Jésus fut chargé par le Seigneur des mondes à communiquer Sa Mission aux Juifs, il interpella Jérusalem : « O Jérusalem, tueuse des prophètes »} (Matthieu 13/37) à cause du nombre très élevé de prophètes qui avaient été assassiné sur son territoire. Le fils de Marie (B.S.D.L) s’adressant aux foules les mit en garde : « Malheur à vous, maîtres de la Loi et Pharisiens hypocrites!… Malheur à vous, conducteurs aveugles!… Insensés, aveugles! Serpents, bande de vipères! Comment pensez-vous éviter d’être condamnés à l’enfer? Je vais vous envoyer des prophètes, des sages et de vrais maîtres de la loi. Vous tuerez les uns, vous en clouerez d’autres sur des croix, vous en frapperez d’autres encore à coups de fouet dans vos synagogues. O Jérusalem! Jérusalem, toi qui mets les prophètes à mort et qui tues à coups de pierres ceux que Dieu t’envoie.»} Matthieu 23/13-37).
Pour ces raisons, Dieu décida de ne pas choisir le dernier de Ses Messagers parmi eux : ils ont nié leur pacte avec le Souverain Parfait et n’ont pas respecté Son Alliance. Ce Messager attendu ne sera pas de la lignée du roi David. Jésus descendant de ce dernier ne peut être ce prophète promis.
Les Juifs détestèrent Jésus parce qu’il a clamé, tout haut, dans leur société, La Vérité dont ils se sont éloignés. Il les informa qu’ils ont perdu à tout jamais le royaume céleste. Dieu leur dit qu’IL ôte aux fils d’Israël le privilège de la sélection des Apôtres parmi eux. IL octroiera cet honneur à une autre nation. Pour confirmer cette réalité, nous pouvons retourner à la première tentative criminelle qu’ils ourdirent contre son Messager –Jésus- et à travers laquelle ils voulurent mettre fin à ses jours. Cette idée leur traversa l’esprit et finit par les obséder lorsqu’il leur révéla que le prophète Elie ne s’occupa que d’une veuve qui demeure dans la ville de Sidon, au détriment de toutes les autres veuves d’Israël et que le prophète Elisée n’avait guéri aucun lépreux israélite à l’exception de Naaman le Syrien. {Cela arriva quand il les informa que le prophète Elie ne s’adressa pas aux veuves des fils d’Israël sauf à une seule veuve qui vivait dans la région de Sidon et que le prophète Elisée ne guérit aucun lépreux exception faite de Naaman le syrien.} (Luc 4/25-27). Il en résulta que {Tous dans la synagogue furent remplis de colère en entendant ces mots. Ils se levèrent, entraînèrent Jésus hors de la ville – Nazareth- et le menèrent au sommet de la colline sur laquelle la ville était bâtie, afin de le précipiter dans le vide.»} (Luc 4/28-29).
Posons cette question, à présent, aux chers lecteurs : Est-ce que cette nation, menacée par les Envoyés de Dieu, qui traite certains d’entre eux de menteurs et qui tuent certains autres mérite-elle cet honneur. Devant la réponse négative, on se demande quelle sera alors la nation choisie et élue qui lui succèdera. Ne peut-elle pas être la nation qui descend du prophète Ismaël (B.S.D.L) et à qui la bénédiction divine a été promise? Aucune autre nation n’a prétendu être choisie.

la vie de Mohammed (bpsl) In Breif

Si nous comparons la vie de Mohammed (bpsl) avant son message et sa vie après qu’il ait entamé sa mission, nous pouvons constater qu’il est impossible de croire que Mohammed (bpsl) était un faux Prophète (bpsl) et qu’il prétendait la prophétie pour l’appât du gain matériel, de la grandeur, de la gloire ou du pouvoir.

Mohammed (bpsl) n’avait aucun souci matériel avant sa mission. En effet, il avait réussi à se construire – en tant que commerçant prospère et réputé – un revenu respectable et convenable. Alors qu’après sa mission, sa situation financière est devenue mauvaise.

Pour éclaircir cela, nous allons relater quelques récits de sa vie :

Aicha – épouse du Prophète (bpsl)- (qu’Allah soit satisfait d’elle) a dit : « Ô mon neveu, trois mois lunaires se sont écoulés sans que nous allumions du feu (pour cuire la nourriture) dans la maison du Prophète (bpsl). » Son neveu lui demanda alors : « Et qu’est-ce qui vous a aidé à tenir ? » Elle lui répondit : « Les deux noires (les dattes et l’eau) ». Et il y avait quelques voisins du Prophète (bpsl) appartenant aux Ansars (habitants de Médine) qui possédaient une chamelle et qui donnaient au Prophète (bpsl) un peu de son lait. (Rapporté par Al-Bukhari et Mûslim).

Sahl Ibn Saâd, un des Compagnons du Prophète (bpsl) a dit : « Jamais au sein du foyer du Prophète (bpsl) (bpsl), le pain n’a été fait avec de la farine de qualité supérieure ; et ceci depuis qu’il a été chargé de sa mission et jusqu’à sa mort. » (Rapporté par Al-Bukhari et At-tarmidhi).

Aicha (B sur elle) a dit : « Le matelas du Prophète (bpsl) sur lequel il dort était fabriqué à partir du cuir tissé avec les ficelles des dattiers. »

Amr Ibn Al-Hârith, un des Compagnons du Prophète (bpsl) a dit : « Le Prophète (bpsl) (Bpsl) n’a laissé après sa mort qu’un mulet blanc pour monter, les équipements de combat (épée, bouclier et casque) et un bout de terrain qu’il a laissé comme aumône. » (Rapporté par Al-Bukhari et le Mousnad d’Ahmed)

Mohammed (bpsl) a mené une vie dure jusqu’à sa mort, malgré le fait que l’argent des Musulmans était à sa disposition, que la grande majorité de la péninsule arabique avait embrassé l’Islam et malgré la victoire des Musulmans après dix-huit ans de son message.

Après tout cela, est-ce que la prophétie de Mohammed (bpsl) était juste une présomption dans le but d’obtenir statut, prestige et pouvoir ?

Le désir de jouir du prestige et du pouvoir s’accompagne généralement de la bonne nourriture, des vêtements sélectionnés, de palais majestueux, de gardiens vigoureux et une autorité qui refuse toute contestation.

La vie de Mohammed (bpsl) était-elle ainsi ?

Nous allons relater quelques aperçus de sa vie (bpsl) afin de répondre à ces questions…

Malgré ses responsabilités en tant que Prophète (bpsl), enseignant, homme d’état et juge, Mohammed (psl) avait l’habitude de traire sa chèvre de ses nobles mains, de repasser ses vêtements, raccommoder ses chaussures, aider dans les travaux ménagers et rendre visite aux pauvres et aux malades. Il (bpsl) a également aidé ses Compagnons quand ils creusèrent la tranchée (Al Khandaq), en transportant le sable avec eux… Sa vie a été un modèle exemplaire de simplicité et d’humilité.

Ses Compagnons l’ont aimé, respecté et ils avaient entièrement confiance en lui. En dépit de tout cela, il a continué à insister sur la nécessité de consacrer le culte à Dieu seul et aucunement à sa propre personne.

Anas (qu’Allah soit satisfait de lui), un des compagnons du Prophète (bpsl) a rapporté qu’il n’y avait pas une personne plus aimée que le Prophète (bpsl), et que malgré cela, il ne leur permettait pas de se lever quand il rentrait, comme cela se faisait avec les personnes notables.

Au début de sa mission, quand il n’y avait pas encore d’indicateurs de la réussite du message (ceci pour les mécréants), à un moment où le Prophète (bpsl) et ses Compagnons souffraient de diverses formes de torture et de persécution, le Prophète (bpsl) reçut une offre alléchante de la part des seigneurs de Quoraich. En effet, ils lui ont envoyé `Otba qui lui dit : «Si tu veux l’argent, nous allons te rassembler assez d’argent pour que tu sois le plus riche d’entre nous. Et si tu souhaites le commandement, tu seras notre chef et aucune décision ne sera prise sans ton accord. Et si tu veux un royaume, nous te couronnerons roi entre nous. En contrepartie, la seule condition que le Prophète (bpsl) Mohammad devait respecter était d’arrêter de prêcher auprès des gens l’Islam et l’adoration d’un Dieu unique sans nul associé.

N’était-ce pas une offre attrayante pour une personne à la recherche d’un profit terrestre ? Mohammad (bpsl) a-t-il hésité face à cette offre ? Est-ce que son refus a été une ruse de négociation dans le but de laisser la porte ouverte pour une meilleure offre ?

Non, au contraire, il répondit fermement avec la parole d’Allah (que Son nom soit glorifié) : « Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. »

« [C’est] une Révélation descendue de la part du Tout Miséricordieux, du Très Miséricordieux. Un Livre dont les versets sont détaillés (et clairement exposés), un Coran [lecture] arabe pour des gens qui savent, annonciateur [d’une bonne nouvelle] et avertisseur. Mais la plupart d’entre eux se détournent; c’est qu’ils n’entendent pas » (Foussilat (41) 2 à 4 jusqu’à la fin des 38 versets de la même Sourate.)

A une autre occasion, et en guise de réaction à la requête de son oncle qui lui a demandé d’arrêter la prédication de l’Islam auprès des gens, sa réponse fut sincère et stricte : ” Par Allah mon oncle, si on me mettait le soleil dans la main droite et la lune dans la main gauche pour que j’abandonne ce sujet, je ne le ferais pas jusqu’à ce que Allah le fasse triompher ou que je périsse.”»

La souffrance du Prophète (bpsl) et de ses Compagnons ne se limita pas uniquement à la persécution pendant une période de treize ans. Les mécréants ont également essayé de tuer le Prophète (bpsl) à plusieurs reprises. Une fois, ils ont jeté un énorme roc – que personne ne peut soutenir- sur sa tête. Une autre tentative de meurtre a consisté à empoisonner sa nourriture.

Qu’est-ce qui peut justifier une vie si pleine de souffrance et de sacrifice de la sorte, même après avoir complètement vaincu ses ennemis ? Qu’est-ce qui peut expliquer sa modestie et sa noblesse qu’il a démontrées dans les meilleurs moments de sa victoire tout en soulignant que le succès est dû à Dieu seul et non à sa sagesse personnelle ?

Sont-ce les caractéristiques d’une personne égoïste et assoiffée d’argent et d’influence ?



  • بدون
  • Mr WordPress: Hi, this is a comment.To delete a comment, just log in, and view the posts' comments, there you will have the option to edit or delete them.